Afghanistan : Les employées du gouvernement sommées de rester à la maison

Les employées du gouvernement  Afghanistan de la ville de Kaboul ont reçu l’ordre de rester à la maison. Seules celles qui ne peuvent pas être remplacées par des hommes restent en poste, a déclaré dimanche le maire par intérim de la capitale afghane, détaillant les dernières restrictions imposées aux femmes par les nouveaux dirigeants talibans.

La décision d’empêcher la plupart des travailleuses urbaines de reprendre leur travail est un autre signe que les talibans , qui ont envahi Kaboul le mois dernier, appliquent leur interprétation dure de l’islam. Sous leur précédent régime dans les années 1990, les talibans interdisaient aux filles et aux femmes d’accéder à l’école, au travail et à la vie publique.

À lire aussi :
Evacuations en Afghanistan : les Talibans mettent de nouveau les Occidentaux en garde

Ces derniers jours, le nouveau gouvernement taliban a publié plusieurs décrets annulant les droits des filles et des femmes. Il a dit aux collégiennes et lycéennes qu’elles ne pouvaient pas retourner en classe pour le moment, tandis que les garçons de ces classes ont repris leurs études ce week-end.

Les étudiantes universitaires ont été informées que les études se dérouleraient dorénavant dans des environnements non mixtes et qu’elles devaient se conformer à un code vestimentaire islamique strict. Sous le gouvernement soutenu par les États-Unis et renversé par les talibans, les études universitaires étaient pour la plupart mixtes.

À lire aussi :
Le pape François demande aux chrétiens du monde de prier et de jeûner pour l'Afghanistan

Vendredi, les talibans ont fermé le ministère des Affaires féminines, le remplaçant par un ministère de la « propagation de la vertu et de la prévention du vice » chargé de faire respecter la loi islamique.

Dimanche, un peu plus d’une douzaine de femmes ont manifesté devant le ministère, brandissant des pancartes appelant à la participation des femmes à la vie publique. « Une société dans laquelle les femmes ne sont pas actives est une société morte ». Voici l’une des phrases écrites sur un panneau.

« Pourquoi prennent-ils nos droits ? » a déclaré l’un des manifestants, Basira Tawana, 30 ans. « Nous sommes ici pour nos droits et les droits de nos filles. »

À lire aussi :
Afghanistan : les talibans attaqués par un nouvel ennemi

La manifestation a duré environ 10 minutes. Après une brève confrontation verbale avec un homme, les femmes sont montées dans des voitures et sont parties, tandis que les talibans dans deux voitures les ont observés à proximité. Au cours des derniers mois, les combattants talibans ont dispersé par la force plusieurs manifestations de femmes.

Avant la prise de contrôle des talibans le mois dernier, un peu moins d’un tiers des quelque 3 000 employés de la ville étaient des femmes et qu’elles travaillaient dans tous les départements.

--
jobwide
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire