Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
À quoi joue réellement Pékin?
26/05/2020 à 23h58 par La redaction
C'est une Chine aux deux visages qui se révèle lors de l'actuelle crise du Covid-19: celui d'une généreuse donatrice d'aide humanitaire, mais aussi d'une superpuissance qui réplique désormais du tac au tac à l'Occident.
Il est loin le temps où l'ex-numéro un chinois Deng Xiaoping (1978-1992) promouvait l'idée d'une diplomatie empreinte de prudence, enjoignant selon un dicton ancien de "cacher ses capacités et attendre son heure".
Le ton a changé avec l'arrivée au sommet du Parti communiste (PCC), fin 2012, du président Xi Jinping, initiateur d'un progressif changement de cap. Celui-ci se matérialise dans l'actuelle joute verbale Pékin-Washington, consécutive aux violentes critiques américaines sur la gestion chinoise de l'épidémie.
La Chine a envoyé gratuitement des tonnes de matériel médical à l'étranger, promis deux milliards de dollars d'aide internationale face au Covid-19 et proposé de rendre un potentiel vaccin chinois disponible à tous.
Une stratégie conforme à la politique habituelle de Pékin d'utiliser sa puissance économique afin de gagner de nouveaux amis sur la scène internationale, note Jocelyn Chey, une ex-diplomate australienne. "L'aide humanitaire de la Chine, comme celles des autres nations, fait partie de son pouvoir d'attraction et a également des objectifs commerciaux et politiques", souligne Mme Chey, désormais professeure à l'Université de Sydney.
Une stratégie qui a permis à Pékin de rallier de nombreux pays à sa cause, notamment contre les autorités taïwanaises ou face aux critiques occidentales sur son traitement des Ouïghours musulmans au Xinjiang (nord-ouest).
 
“Avec force”
Le ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, a résumé dimanche la diplomatie de son pays."Nous ne prendrons jamais l'initiative de brimer les autres. Mais les Chinois ont des principes", a-t-il souligné lors d'une conférence de presse. "Face aux calomnies délibérées, nous répliquerons avec force, protégerons notre honneur national et notre dignité en tant que peuple."
Depuis l'an passé, de nombreux diplomates ont investi Twitter (pourtant bloqué en Chine), où ils défendent parfois avec véhémence et controverse la position de leur gouvernement. La presse officielle les qualifie de "loups combattants" en référence à un film d'action chinois à grand succès où un héros à la Rambo combat des mercenaires étrangers.
L'une des figures de cette génération de diplomates décomplexés est Zhao Lijian, un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, qui a provoqué une vive polémique en suggérant que des sportifs militaires américains avaient peut-être apporté le Covid-19 en Chine.
Il est vrai que le président américain Donald Trump a lui-même excité le sentiment nationaliste local en parlant du "virus chinois" et en affirmant sans preuves que le nouveau coronavirus avait peut-être fuité d'un laboratoire chinois.
Des critiques américaines qui poussent les deux pays "au bord d'une nouvelle Guerre froide", a déploré Wang Yi.
"Depuis l'arrivée au pouvoir de Trump, la Chine n'a pas réussi à s'affranchir des politiques répressives adoptées à son encontre. Elle ne peut donc plus se contenter de faire profil bas", estime Hua Po, analyste politique indépendant.
Ambassadeur convoqué
 
Les Etats-Unis ne sont pas la seule cible de Pékin. En Australie, l'ambassadeur chinois a agité la menace d'un boycott de produits agricoles après que Canberra a demandé une enquête indépendante sur l'origine du coronavirus.
L'ambassadeur de Chine à Paris a, lui, été convoqué par le ministère français des Affaires étrangères après la publication sur le site internet de son ambassade d'un article critiquant la réponse occidentale au Covid-19.
Dans ce contexte, le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a exhorté lundi les Européens à avoir une stratégie "plus robuste" à l'égard de Pékin. "La Chine devient de plus en plus puissante et sûre d'elle. Son ascension est impressionnante et suscite le respect, mais aussi de nombreuses interrogations et craintes", a-t-il souligné lors d'un discours à des ambassadeurs allemands.
La diplomatie chinoise entend faire diversion face aux critiques d'une partie de la population sur sa gestion de l'épidémie, juge Steve Tsang, spécialiste de la Chine à l'Ecole des études orientales et africaines (SOAS) de l'Université de Londres.
"La propagande agressive du ‘loup combattant’ irrite beaucoup à l'étranger mais c'est le prix à payer" pour conserver de la légitimité à domicile, estime-t-il.
Le pays "lutte pour améliorer son image à l'international", relève Zhiqun Zhu, professeur de politique à l'Université Bucknell en Pennsylvanie. Mais "son pouvoir d'attraction reste faible et son discours est largement considéré comme de la propagande”.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 504 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

DOINGBUZZ TV

Partagez l'opportunité que représente la plateforme Togopapel.com autour de vous.
Le site de petites annonces 100% gratuit et togolais est un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel
WHATSAPP:

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE .
groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Plus de news

Faure Gnassingbé a présidé son premier séminaire gouvernemental

12/10/2020

Faure Gnassingbé...

Faure Gnassingbé, le père de la nation...
Soumaïla Cissé, prochain Président malien ?

12/10/2020

Soumaïla Cissé,...

Six mois après son kidnapping, le leader...
Côte d'Ivoire : Hamed Bakayoko vient d'avoir son doctorat

12/10/2020

Côte d’Ivoire...

Félicitations au Premier ministre pour ce nouveau...
Murielle Ahouré nommée ambassadrice nationale de l’UNICEF

12/10/2020

Murielle Ahouré...

La championne du monde s’engage pour l’éducation...
Malcolm X : un de ses assassins révèle le motif du meurtre-Vidéo

12/10/2020

Malcolm X...

Malcolm X s’exprimait lors d’une manifestation de...
Côte d'Ivoire : Debordo Leekunfa se prononce sur la situation sociopolitique

12/10/2020

Côte d’Ivoire...

  La tension sociopolitique qui sévit en...
Côte d’ivoire: ”Nous sommes prêts à mourir pour notre pays…”, les vérités d’Amon Tanoh à Alassane Ouattara

12/10/2020

Côte d’ivoire:...

S’il y a un homme dont le...
10 choses que vous ne saviez (peut-être) pas sur Osama Ben Laden

12/10/2020

10 choses...

Cela fait quatre ans qu’une opération du...
Le Sénégal veut inscrire son traditionnel ”Thiébou dieune” au patrimoine de l’Unesco

12/10/2020

Le Sénégal...

Le dossier complet de la candidature est...
Mali : Une otage Suisse tuée par des terroristes

11/10/2020

Mali :...

Le conseiller fédéral suisse des Affaires étrangères...
Présidentielle aux USA : Akon, conseiller du candidat Brock Pierce

11/10/2020

Présidentielle aux...

L'artiste et crypto entrepreneur Akon, deux fois...
Liban : 4 morts dans  l’explosion d’un entrepôt de carburant

11/10/2020

Liban :...

Encore une explosion qui frappe le Liban....
La France fait une incroyable demande à Guillaume Soro

11/10/2020

La France...

  L'Elysée vient de remettre l'ancien président...
Singapour va payer ses citoyens pour faire des bébés

11/10/2020

Singapour va...

Singapour offre un paiement unique pour encourager...
Meeting de l’opposition à Abidjan / Bédié, Président du PDCI : « La dictature du RHDP unifié sera vaincue dans quelques jours… »

11/10/2020

Meeting de...

Le Président du PDCI, Henri Konan Bédié...
Malcolm X : un de ses assassins révèle le motif du meurtre

11/10/2020

Malcolm X...

Malcolm X s’exprimait lors d’une manifestation de...
Assignation à résidence de Maurice Kamto : La France réagit

10/10/2020

Assignation à...

Invité par Bruno Fuchs – député Modem...
Nathaniel Olympio : "ce nouveau gouvernement togolais est-il sérieux ?"

10/10/2020

Nathaniel Olympio...

Nathaniel Olympio tacle un ministre togolais. «...
Adwoa Smart : "j'ai fréquenté 999 hommes dans ma vie"

10/10/2020

Adwoa Smart...

S’exprimant lors d'une interview où elle répondait...
Le roi de la Thaïlande bientôt expulsé d'Allemagne

10/10/2020

Le roi...

Le roi de Thaïlande Rama X vit...
C'est une Chine aux deux visages qui se révèle lors de l'actuelle crise du Covid-19: celui d'une généreuse donatrice d'aide humanitaire, mais aussi d'une superpuissance qui réplique désormais du tac au tac à l'Occident.
Il est loin le temps où l'ex-numéro un chinois Deng Xiaoping (1978-1992) promouvait l'idée d'une diplomatie empreinte de prudence, enjoignant selon un dicton ancien de "cacher ses capacités et attendre son heure".
Le ton a changé avec l'arrivée au sommet du Parti communiste (PCC), fin 2012, du président Xi Jinping, initiateur d'un progressif changement de cap. Celui-ci se matérialise dans l'actuelle joute verbale Pékin-Washington, consécutive aux violentes critiques américaines sur la gestion chinoise de l'épidémie.
La Chine a envoyé gratuitement des tonnes de matériel médical à l'étranger, promis deux milliards de dollars d'aide internationale face au Covid-19 et proposé de rendre un potentiel vaccin chinois disponible à tous.
Une stratégie conforme à la politique habituelle de Pékin d'utiliser sa puissance économique afin de gagner de nouveaux amis sur la scène internationale, note Jocelyn Chey, une ex-diplomate australienne. "L'aide humanitaire de la Chine, comme celles des autres nations, fait partie de son pouvoir d'attraction et a également des objectifs commerciaux et politiques", souligne Mme Chey, désormais professeure à l'Université de Sydney.
Une stratégie qui a permis à Pékin de rallier de nombreux pays à sa cause, notamment contre les autorités taïwanaises ou face aux critiques occidentales sur son traitement des Ouïghours musulmans au Xinjiang (nord-ouest).
 
“Avec force”
Le ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, a résumé dimanche la diplomatie de son pays."Nous ne prendrons jamais l'initiative de brimer les autres. Mais les Chinois ont des principes", a-t-il souligné lors d'une conférence de presse. "Face aux calomnies délibérées, nous répliquerons avec force, protégerons notre honneur national et notre dignité en tant que peuple."
Depuis l'an passé, de nombreux diplomates ont investi Twitter (pourtant bloqué en Chine), où ils défendent parfois avec véhémence et controverse la position de leur gouvernement. La presse officielle les qualifie de "loups combattants" en référence à un film d'action chinois à grand succès où un héros à la Rambo combat des mercenaires étrangers.
L'une des figures de cette génération de diplomates décomplexés est Zhao Lijian, un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, qui a provoqué une vive polémique en suggérant que des sportifs militaires américains avaient peut-être apporté le Covid-19 en Chine.
Il est vrai que le président américain Donald Trump a lui-même excité le sentiment nationaliste local en parlant du "virus chinois" et en affirmant sans preuves que le nouveau coronavirus avait peut-être fuité d'un laboratoire chinois.
Des critiques américaines qui poussent les deux pays "au bord d'une nouvelle Guerre froide", a déploré Wang Yi.
"Depuis l'arrivée au pouvoir de Trump, la Chine n'a pas réussi à s'affranchir des politiques répressives adoptées à son encontre. Elle ne peut donc plus se contenter de faire profil bas", estime Hua Po, analyste politique indépendant.
Ambassadeur convoqué
 
Les Etats-Unis ne sont pas la seule cible de Pékin. En Australie, l'ambassadeur chinois a agité la menace d'un boycott de produits agricoles après que Canberra a demandé une enquête indépendante sur l'origine du coronavirus.
L'ambassadeur de Chine à Paris a, lui, été convoqué par le ministère français des Affaires étrangères après la publication sur le site internet de son ambassade d'un article critiquant la réponse occidentale au Covid-19.
Dans ce contexte, le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a exhorté lundi les Européens à avoir une stratégie "plus robuste" à l'égard de Pékin. "La Chine devient de plus en plus puissante et sûre d'elle. Son ascension est impressionnante et suscite le respect, mais aussi de nombreuses interrogations et craintes", a-t-il souligné lors d'un discours à des ambassadeurs allemands.
La diplomatie chinoise entend faire diversion face aux critiques d'une partie de la population sur sa gestion de l'épidémie, juge Steve Tsang, spécialiste de la Chine à l'Ecole des études orientales et africaines (SOAS) de l'Université de Londres.
"La propagande agressive du ‘loup combattant’ irrite beaucoup à l'étranger mais c'est le prix à payer" pour conserver de la légitimité à domicile, estime-t-il.
Le pays "lutte pour améliorer son image à l'international", relève Zhiqun Zhu, professeur de politique à l'Université Bucknell en Pennsylvanie. Mais "son pouvoir d'attraction reste faible et son discours est largement considéré comme de la propagande”.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 504 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire