Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
À Kinshasa, si tu ne sors pas, tu ne manges pas
31/03/2020 à 18h26 par La redaction
Les autorités congolaises ont pris la bonne décision en décrétant l’état d’urgence et en décidant d’isoler Kinshasa pour éviter la propagation du Covid-19. Elles savent à quel point il sera difficile de faire appliquer convenablement les règles de distanciation sociale dans une ville où plusieurs millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire.

Depuis que le président Félix Tshisekedi a annoncé les premières mesures pour tenter d’endiguer la maladie, il y a bientôt deux semaines, les responsables de la santé publique s’inquiètent de la hausse du nombre des contaminations et du taux de mortalité.

Ils s’évertuent à éduquer le public sur la manière de se comporter en temps de pandémie, en insistant sur le lavage régulier des mains, l’utilisation des désinfectants à base d’alcool et la restriction des salutations habituelles.

Mais comment une population à laquelle on impose des règles strictes de distanciation sociale peut-elle continuer à se nourrir ? Les habitants de la capitale congolaise pouvaient-ils vraiment respecter les trois semaines de « confinement total » qu’a voulu instaurer le gouverneur de Kinshasa, Gentiny Ngobila, avant de revenir sur sa décision ?

« Obimi te okolia te »

Bien sûr, pour les (rares) personnes disposant de ressources suffisantes, le message du gouverneur était clair : faites le plein de nourriture, restez à la maison et évitez les activités en groupe. Mais c’est irréaliste pour des millions de Kinois qui n’ont que de faibles revenus. À Kinshasa, si tu ne sors pas, tu ne manges pas

Or selon le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), plus 71% de la population congolaise vit avec moins de deux dollars par personne par jour. Toujours selon la même source, le taux de chômage est d’au moins 41% dans la seule ville de Kinshasa, et une large partie de ses habitants vit au jour le jour. « Obimi te okolia te », aiment à répéter les Kinois : « Si tu ne sors pas, tu ne manges pas ».

Hausse des prix

Alors bien sûr, les règles de distanciation sociale sont indispensables pour lutter contre le coronavirus. Mais il faut veiller à ne pas prendre de décision qui compromettrait davantage encore la sécurité alimentaire de toutes ces personnes qui sont économiquement vulnérables.

Déjà, l’annonce du « confinement total » à Kinshasa a engendré une hausse spectaculaire des prix des denrées alimentaires. Il ne faudrait pas que les conséquences socio-économiques du Covid-19 fassent plus mal que le virus lui-même.

Certains, à l’instar de l’archevêque de Kinshasa, le cardinal Fridolin Ambongo, pensent que le gouvernement central ou provincial devrait envisager des solutions humanitaires ciblées pour faire en sortent que les plus démunis ne meurent de faim pendant leur confinement.

Conscient de la gravité de la situation, le gouvernement a condamné les récentes augmentations des prix des denrées alimentaires et ordonné la gratuité de l’eau et de l’électricité pendant deux mois.

Mais ces mesures sont-elles suffisantes ? C’est peu probable, même si la Constitution de la RD Congo, en son article 47, protège le droit à la sécurité alimentaire.

Stratégie plus robuste

Le gouvernement peut, à mon sens, adopter une stratégie plus robuste, en fournissant gratuitement de la nourriture aux plus démunis, en jugulant la hausse des prix des denrées alimentaires et en empêchant l’interruption des services d’eau et d’électricité pendant toute la pandémie.

LE GOUVERNEMENT ESSAIE DE FAIRE AVEC LES MOYENS DE BORD.

Pour le reste, certains n’ont pas manqué de faire remarquer que cette crise posait, au-delà de cette question de l’insécurité alimentaire, celle de l’impréparation générale des autorités d’un pays qui a pourtant connu plusieurs épidémies d’Ebola.

Le Dr Jean-Jacques Muyembe, qui coordonne désormais le programme de la lutte contre le Covid-19 en RD Congo, a déclaré devant l’Assemblée nationale que le système sanitaire congolais était précaire, que ses hôpitaux étaient dépourvus des équipements et des désinfectants nécessaires à la protection des soignants.

Un membre du cabinet du président Tshisekedi, avec qui j’ai échangé par téléphone, est allé jusqu’à me dire que « le gouvernement essaie de faire avec les moyens de bord ». En matière d’équipements médicaux, la RD Congo paraît désormais dépendre de l’assistance que veulent bien lui apporter la Chine ou l’OMS.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 544 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

DOINGBUZZ TV

Partagez l'opportunité que représente la plateforme Togopapel.com autour de vous.
Le site de petites annonces 100% gratuit et togolais est un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel
WHATSAPP:

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE .
groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Plus de news

Côte d'Ivoire : le domicile de Pascal Affi N'Guessan incendié

18/10/2020

Côte d’Ivoire...

  Pascal Affi N'Guessan fait les frais...
Extradition d’Omar el-Béchir : Fatou Bensouda et sa délégation au Soudan

18/10/2020

Extradition d’Omar...

La procureure Fatou Bensouda et une délégation...
Un Professeur décapité en région parisienne : les raisons de l’assassinat dévoilées

18/10/2020

Un Professeur...

Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie, qui lors d’un...
Thomas Sankara: nouveau rebondissement dans l’affaire de son assassinat

18/10/2020

Thomas Sankara:...

Un nouveau rebondissement vient d’être observé dans...
Violences préélectorales / Le domicile d’Affi N’guessan incendié à Bongouanou, sa ville natale

18/10/2020

Violences préélectorales...

La Côte d’Ivoire va-t-elle sombrer dans le...
Après le discours de Ouattara à Bouaké, Soro riposte: ” Son pouvoir est fini “

18/10/2020

Après le...

Guillaume Soro n’a pas attendu longtemps pour...
Boycott de l’opposition ivoirienne / Hamed Bakoyoko demande de cesser et de retirer ” leurs mots d’ordre de boycott… “

18/10/2020

Boycott de...

Le Premier Ministre Ivoirien Hamed Bakayoko s’est...
Côte d’Ivoire / Présidentielle 2020 : la CEDEAO dépêche une mission à Abidjan

18/10/2020

Côte d’Ivoire...

La Communauté Economique des Etats de l’Afrique...
Présidentielle 2020 : Donald Trump révèle ce qu’il fera s’il perd face à Joe Biden

18/10/2020

Présidentielle 2020...

Le président Donald Trump a laissé entendre...
Brutalité policière au Nigeria : après Wizkid, Davido tacle le président Buhari

18/10/2020

Brutalité policière...

Davido s’en est pris au président Buhari...
Sessimé rend un vibrant hommage à l'atlhète Noélie Yarigo

17/10/2020

Sessimé rend...

La musicienne béninoise Sessimé rend un vibrant...
Bénin : Jean-Philippe Guidibi, candidat aux élections présidentielles 2021 ?

17/10/2020

Bénin :...

Encore quelques mois pour élire un nouveau...
L’ÉTAT DU CAMEROUN REND HOMMAGE À MANU DIBANGO EN FRANCE

17/10/2020

L’ÉTAT DU...

Décédé en mars dernier des suites de...
Emmanuel Macron : "Ils ne passeront pas"

17/10/2020

Emmanuel Macron...

Emmanuel Macron ému et tendu. Ce vendredi...
Guinée : Bolloré construit et inaugure des latrines d'une école

17/10/2020

Guinée :...

En Guinée de Conakry, le groupe Bolloré...
Côte d'Ivoire : Hayek Hassan vole au secours d'Ange Farot

17/10/2020

Côte d’Ivoire...

Connu pour ses bienfaits, Hayek Hassan vole...
Alpha Condé s'écroule en pleine campagne ( photos)

17/10/2020

Alpha Condé...

Le président guinéen se voit jouer des...
Interview exclusive de Mme SIDIBE Fadjimata Maman, l’ambassadeur du Niger au Togo

17/10/2020

Interview exclusive...

La pandémie du Coronavirus impacte le monde...
Affaire Libyenne : Nicolas Sarkozy mis en examen « pour association de malfaiteurs »

17/10/2020

Affaire Libyenne...

  Une quatrième mise en examen pour...
Covid-19 : le ministre des sports de l’Italie s’en prend à Cristiano Ronaldo

17/10/2020

Covid-19 :...

Vinecnzo Spadafora, ministre des sports italien, s’en...
Les autorités congolaises ont pris la bonne décision en décrétant l’état d’urgence et en décidant d’isoler Kinshasa pour éviter la propagation du Covid-19. Elles savent à quel point il sera difficile de faire appliquer convenablement les règles de distanciation sociale dans une ville où plusieurs millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire.

Depuis que le président Félix Tshisekedi a annoncé les premières mesures pour tenter d’endiguer la maladie, il y a bientôt deux semaines, les responsables de la santé publique s’inquiètent de la hausse du nombre des contaminations et du taux de mortalité.

Ils s’évertuent à éduquer le public sur la manière de se comporter en temps de pandémie, en insistant sur le lavage régulier des mains, l’utilisation des désinfectants à base d’alcool et la restriction des salutations habituelles.

Mais comment une population à laquelle on impose des règles strictes de distanciation sociale peut-elle continuer à se nourrir ? Les habitants de la capitale congolaise pouvaient-ils vraiment respecter les trois semaines de « confinement total » qu’a voulu instaurer le gouverneur de Kinshasa, Gentiny Ngobila, avant de revenir sur sa décision ?

« Obimi te okolia te »

Bien sûr, pour les (rares) personnes disposant de ressources suffisantes, le message du gouverneur était clair : faites le plein de nourriture, restez à la maison et évitez les activités en groupe. Mais c’est irréaliste pour des millions de Kinois qui n’ont que de faibles revenus. À Kinshasa, si tu ne sors pas, tu ne manges pas

Or selon le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), plus 71% de la population congolaise vit avec moins de deux dollars par personne par jour. Toujours selon la même source, le taux de chômage est d’au moins 41% dans la seule ville de Kinshasa, et une large partie de ses habitants vit au jour le jour. « Obimi te okolia te », aiment à répéter les Kinois : « Si tu ne sors pas, tu ne manges pas ».

Hausse des prix

Alors bien sûr, les règles de distanciation sociale sont indispensables pour lutter contre le coronavirus. Mais il faut veiller à ne pas prendre de décision qui compromettrait davantage encore la sécurité alimentaire de toutes ces personnes qui sont économiquement vulnérables.

Déjà, l’annonce du « confinement total » à Kinshasa a engendré une hausse spectaculaire des prix des denrées alimentaires. Il ne faudrait pas que les conséquences socio-économiques du Covid-19 fassent plus mal que le virus lui-même.

Certains, à l’instar de l’archevêque de Kinshasa, le cardinal Fridolin Ambongo, pensent que le gouvernement central ou provincial devrait envisager des solutions humanitaires ciblées pour faire en sortent que les plus démunis ne meurent de faim pendant leur confinement.

Conscient de la gravité de la situation, le gouvernement a condamné les récentes augmentations des prix des denrées alimentaires et ordonné la gratuité de l’eau et de l’électricité pendant deux mois.

Mais ces mesures sont-elles suffisantes ? C’est peu probable, même si la Constitution de la RD Congo, en son article 47, protège le droit à la sécurité alimentaire.

Stratégie plus robuste

Le gouvernement peut, à mon sens, adopter une stratégie plus robuste, en fournissant gratuitement de la nourriture aux plus démunis, en jugulant la hausse des prix des denrées alimentaires et en empêchant l’interruption des services d’eau et d’électricité pendant toute la pandémie.

LE GOUVERNEMENT ESSAIE DE FAIRE AVEC LES MOYENS DE BORD.

Pour le reste, certains n’ont pas manqué de faire remarquer que cette crise posait, au-delà de cette question de l’insécurité alimentaire, celle de l’impréparation générale des autorités d’un pays qui a pourtant connu plusieurs épidémies d’Ebola.

Le Dr Jean-Jacques Muyembe, qui coordonne désormais le programme de la lutte contre le Covid-19 en RD Congo, a déclaré devant l’Assemblée nationale que le système sanitaire congolais était précaire, que ses hôpitaux étaient dépourvus des équipements et des désinfectants nécessaires à la protection des soignants.

Un membre du cabinet du président Tshisekedi, avec qui j’ai échangé par téléphone, est allé jusqu’à me dire que « le gouvernement essaie de faire avec les moyens de bord ». En matière d’équipements médicaux, la RD Congo paraît désormais dépendre de l’assistance que veulent bien lui apporter la Chine ou l’OMS.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 544 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire