Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
2019 EN CROISSANCE ET UN DÉBUT 2020 MARQUÉ PAR LA CRISE DU COVID-19
08/07/2020 à 10h14 par La redaction

Les dix-huit derniers mois ont été particulièrement intenses pour le Groupe Le Monde. En ce début d’été, comme c’est l’usage depuis plusieurs années, nous souhaitons partager avec vous les principaux éléments qui composent notre modèle économique, mais aussi, pour ce début d’année 2020 très particulier, détailler l’impact de la crise sanitaire liée au Covid-19 sur l’exploitation de nos titres.

D’abord une bonne nouvelle, qui témoigne de la solidité de notre redressement mais aussi et surtout de votre fidélité et de votre confiance dans la qualité de nos contenus éditoriaux : les comptes 2019 du Groupe Le Monde, approuvés par le conseil de surveillance et présentés à l’assemblée générale des actionnaires le 22 juin, affichent une nouvelle fois un cash-flow opérationnel (Ebitda) positif de + 13,8 millions d’euros. Sur ce total, les subventions publiques directes reçues par le groupe s’élevaient sur l’exercice à 3,1 millions d’euros, soit 1 % de nos recettes. Enfin, pour la troisième année d’affilée, le résultat net a été positif, à hauteur de + 2,6 millions d’euros.

2019 EN CROISSANCE ET UN DÉBUT 2020 MARQUÉ PAR LA CRISE DU COVID-19
  • Le chiffre d’affaires porté par la croissance des abonnés numériques

Pour la première fois depuis de longues années, le Groupe Le Monde aura réussi en 2019 à stabiliser son chiffre d’affaires à 302,7millions d’euros (– 0,8 % par rapport à 2018) grâce à l’essor très marqué du portefeuille d’abonnés numériques du Monde. Celui-ci atteignait, fin 2019, 220 000 abonnés purs numériques, en hausse de + 29 % par rapport à l’année précédente. Nos magazines présentent également des progressions de leur diffusion numérique. Leurs portefeuilles d’abonnés atteignaient en fin d’exercice des niveaux significatifs : avec 55 000 abonnés numériques en juin 2020, Courrier international se classe désormais en tête des hebdomadaires d’actualité, selon ce critère.

Fin 2019, Le Monde diplomatique et Télérama comptaient respectivement 21 000 et 10 000 abonnés purs numériques. Cette évolution a deux effets dans la composition de notre chiffre d’affaires. Les recettes provenant de nos lecteurs constituent désormais l’essentiel de ce chiffre : 69 % du total en 2019. La part du numérique ne cesse de se renforcer : elle aura constitué 27 % des recettes du Monde, contre 15 % en 2014.

L’activité publicitaire du groupe a été notamment portée en 2019 par les achats automatisés (programmatique) qui correspondent désormais à 45 % de la publicité numérique, en progression de 20 % sur l’année précédente. En tout, 1 606 annonceurs se sont tournés vers l’un de nos titres au cours de cette année, dont 60 % étaient déjà présents en 2018. Cet essor, et le développement de notre activité événementielle, a permis de limiter le recul de nos revenus publicitaires.

  • La diffusion du « Monde »

Portées par ces projets et cette dynamique, les diffusions certifiées OJD 2019 du quotidien et de « M Le magazine du Monde » ont progressé en 2019 de respectivement + 12,2 % et + 13,6 %. Cette forte hausse provient essentiellement des ventes numériques (+ 46 744 abonnés, + 34 %), compensant largement la baisse prononcée des ventes du journal papier au numéro. Les abonnements au quotidien papier ont connu un déclin très modéré. La diffusion payante du quotidien ressort en 2019 à 323 565 exemplaires et celle de « M » à 316 870 exemplaires. Ces succès ont été salués par notre profession, qui a décerné au Monde et à « M Le magazine du Monde », ainsi qu’à notre application numérique, cinq « étoiles de l’OJD », qui récompensent la progression de nos diffusions à la fois en 2019 et sur les cinq dernières années.

2019 EN CROISSANCE ET UN DÉBUT 2020 MARQUÉ PAR LA CRISE DU COVID-19

Le pôle magazine du Groupe Le Monde, composé de Courrier international, La Vie, Télérama et Le Monde diplomatique, a démontré encore sa solidité, en atteignant, pour la quatrième année d’affilée, un résultat opérationnel supérieur à + 10 millions d’euros en 2019. L’année aura aussi été marquée par la poursuite de la transition numérique de Courrier international et le lancement d’une stratégie tout aussi ambitieuse pour Télérama, qui a commencé par la mise à disposition d’une nouvelle application. La solidité du modèle économique de nos magazines demeure un pilier particulièrement robuste pour notre groupe, construit pour consolider et défendre l’identité et la liberté éditoriale de chacun de ses titres.

  • Un actionnariat stabilisé

L’année 2019 aura également été marquée par une nouvelle avancée des protections de la liberté éditoriale de nos rédactions, grâce à un nouvel accord entre le Pôle d’indépendance (qui rassemble les sociétés de journalistes, de personnels, de lecteurs et de fondateurs), Xavier Niel et Matthieu Pigasse, les principaux actionnaires du groupe. La signature de ce texte s’est traduite par la reconnaissance d’un droit d’agrément conféré au pôle et préalable à toute montée au capital de la holding de contrôle Le Monde libre (LML), dans laquelle sont associés Xavier Niel, Matthieu Pigasse, Madison Cox et le groupe Prisa. Cet accord, trouvé après plusieurs mois d’intenses discussions, a été signé le 23 septembre 2019. A la suite de cette avancée, et à l’initiative des actionnaires du Monde, le directoire, en concertation avec le Pôle d’indépendance, a commencé à travailler sur la constitution d’un fonds de dotation afin d’adapter notre structure juridique avec un unique objectif : que Le Monde soit reconnu comme un bien commun dont personne ne puisse revendiquer la propriété exclusive.

Lire aussi Indépendance du Monde : la protection d’un bien commun
  • Un nouveau siège pour le groupe

Les premiers mois de 2020 ont vu l’ensemble des postes de travail des équipes de chaque titre être déménagé dans le nouveau siège social du Groupe Le Monde, construit au 67, avenue Pierre-Mendès-France, à Paris. Ce chantier, lancé en 2016, a représenté un investissement total de 203 millions d’euros. Il aboutit à la création d’un actif important pour consolider l’indépendance des rédactions, comme l’ont souhaité ses actionnaires. Depuis la mi-février, avant et après le confinement, les 1 600 collaborateurs du groupe ont progressivement pris possession de cet immeuble, qui s’étale sur plus de 23 000 m2 et dont l’architecture a été dessinée par le cabinet norvégien Snohetta. Dans les mois qui viennent, et dès que les règles de distanciation le permettront, nous serons heureux d’inviter nos lecteurs à découvrir ce siège et à rencontrer nos rédactions. Le déménagement au centre de Paris, en bord de Seine, dans un immeuble neuf, construit pour nous et dont le groupe est propriétaire, est une chance rare en ce début d’année, où chacun a cherché des éléments de réassurance face à un contexte inquiétant.

 

  • Le premier semestre 2020 et la crise sanitaire

Si les résultats de 2019 étaient rassurants et confirmaient le redressement de nos comptes, la crise du Covid-19 a durement secoué cette dynamique, en effaçant temporairement une partie de nos recettes. En dépit de ces difficultés inédites, et dans un contexte de télétravail étendu à l’ensemble des personnels à partir du 13 mars, les équipes du groupe se sont remarquablement mobilisées pour que chacun de nos supports, papier et numérique, soit à la hauteur de vos exigences et justifie votre confiance. Ce fut le cas, comme le démontrent nos chiffres de ventes et notre audience numérique, et nous adressons notre reconnaissance aux nombreux lecteurs qui se sont tournés vers nous dans cette période où l’épidémie a eu un impact direct sur nos vies quotidiennes.

Dès le début de la crise sanitaire, comme partout, la publicité s’est arrêtée et nos équipes de M Publicité ont dû faire face à une baisse de 50 % des recettes publicitaires. Au même moment, la fermeture des gares et des aéroports a compliqué notre diffusion papier. Au total, le groupe aura enregistré, du fait de cette crise, un recul de son chiffre d’affaires de 18 millions d’euros.

Accélérées par la crise sanitaire, les difficultés de la messagerie Presstalis sont devenues insurmontables durant cette période, et elles ont conduit au dépôt de bilan de la société, ce qui représentera un coût de 14 millions d’euros pour le groupe. Faute de modèle économique, faute du concours de certains grands groupes magazines, et en dépit d’un soutien actif des pouvoirs publics et du tribunal de commerce, Presstalis, la principale messagerie de presse responsable de la diffusion de la presse quotidienne et magazine, a déposé son bilan, le 15 mai 2020. Cela a mis en péril beaucoup d’éditeurs, qui ont abandonné collectivement 118 millions d’euros de recettes, mais également fragilisé notre réseau de 23 000 diffuseurs et conduit à plusieurs centaines de suppressions de postes. A l’issue du confinement, après ce dépôt de bilan et plusieurs blocages de la distribution, ce sont plus de 700 points de vente qui ont fermé en quelques semaines.

Avec l’objectif de sauvegarder un maximum d’emplois ainsi que le réseau de diffuseurs, la Coopérative de distribution des quotidiens, qui regroupe l’ensemble des éditeurs de presse quotidienne nationale, a pris ses responsabilités et a déposé une offre de reprise, retenue le 1er juillet par le tribunal de commerce de Paris. A la suite de ce jugement, une nouvelle messagerie, France Messagerie, a vu le jour. Elle a pour vocation de distribuer l’ensemble de la presse quotidienne nationale, mais aussi les éditeurs de magazines, dont plusieurs (Bayard, Le Canard enchaîné, Lagardère News) ont d’ores et déjà apporté leur soutien. Nous veillerons à ce que toutes les conditions soient réunies pour que France Messagerie offre aux éditeurs et aux diffuseurs une parfaite transparence et un service de qualité.

Au cours des dernières semaines, comme nombre d’entreprises, le Groupe Le Monde a longuement négocié avec l’ensemble de ses interlocuteurs bancaires afin d’assurer son refinancement. Signé le 19 juin, ce plan s’étalera jusqu’à la fin septembre et s’articulera autour d’un prêt garanti par l’Etat (PGE) de 17 millions d’euros, d’un autre prêt bancaire de 5 millions d’euros et d’un apport des actionnaires pour un montant de 5 millions d’euros. Ces nouveaux financements, associés à la renégociation de notre crédit-bail immobilier, nous donnent les moyens nécessaires pour relancer notre exploitation et traverser le trou d’air de ce premier semestre.

  • Un nombre de lecteurs en forte croissance

Après la croissance de 2019, ce début 2020 n’a pas apporté que des turbulences à notre groupe. Inquiets d’une crise qui déborde largement du domaine sanitaire, les lecteurs se sont tournés massivement vers nos publications. Pour Le Monde, ce besoin d’une information de grande qualité, fiable et mise en perspective, s’est traduit par une fréquentation sans précédent de notre site et de nos applications d’actualité : mars, avril et mai sont devenus, de très loin, les trois premiers mois de notre histoire numérique par leur nombre de visites.

Nos lecteurs nous ont également apporté leur soutien en s’abonnant à nos offres numériques dans des proportions inédites. Jamais, au cours de ses soixante-quinze ans d’existence, Le Monde n’avait compté autant d’abonnés : nettement plus de 400 000 en cumulant papier et numérique, plus de 300 000 désormais – seuil franchi en mai – sur le seul numérique. En mai, cet essor a porté notre diffusion payée en France (DFP) à un sommet qui n’avait été atteint qu’une seule fois dans le passé, pour le premier tour de la présidentielle d’avril 2002 : à plus de 390 000 exemplaires par jour. Ce succès a été renforcé par la mise en place d’opérations éditoriales de grande envergure, comme, par exemple, le travail effectué durant une année par notre cellule d’enquête sur les féminicides, qui a débouché à la fois sur de nombreux articles et sur un documentaire de 95 minutes diffusé sur France 2.

Dans les mois qui viennent, de nombreux autres projets prendront forme pour raffermir ce lien et mériter, encore davantage, une fidélité et une confiance dont nous vous sommes profondément reconnaissants.

2019 EN CROISSANCE ET UN DÉBUT 2020 MARQUÉ PAR LA CRISE DU COVID-19

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 502 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

DOINGBUZZ TV

Partagez l'opportunité que représente la plateforme Togopapel.com autour de vous.
Le site de petites annonces 100% gratuit et togolais est un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel
WHATSAPP:

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE .
groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Les dix-huit derniers mois ont été particulièrement intenses pour le Groupe Le Monde. En ce début d’été, comme c’est l’usage depuis plusieurs années, nous souhaitons partager avec vous les principaux éléments qui composent notre modèle économique, mais aussi, pour ce début d’année 2020 très particulier, détailler l’impact de la crise sanitaire liée au Covid-19 sur l’exploitation de nos titres.

D’abord une bonne nouvelle, qui témoigne de la solidité de notre redressement mais aussi et surtout de votre fidélité et de votre confiance dans la qualité de nos contenus éditoriaux : les comptes 2019 du Groupe Le Monde, approuvés par le conseil de surveillance et présentés à l’assemblée générale des actionnaires le 22 juin, affichent une nouvelle fois un cash-flow opérationnel (Ebitda) positif de + 13,8 millions d’euros. Sur ce total, les subventions publiques directes reçues par le groupe s’élevaient sur l’exercice à 3,1 millions d’euros, soit 1 % de nos recettes. Enfin, pour la troisième année d’affilée, le résultat net a été positif, à hauteur de + 2,6 millions d’euros.

2019 EN CROISSANCE ET UN DÉBUT 2020 MARQUÉ PAR LA CRISE DU COVID-19
  • Le chiffre d’affaires porté par la croissance des abonnés numériques

Pour la première fois depuis de longues années, le Groupe Le Monde aura réussi en 2019 à stabiliser son chiffre d’affaires à 302,7millions d’euros (– 0,8 % par rapport à 2018) grâce à l’essor très marqué du portefeuille d’abonnés numériques du Monde. Celui-ci atteignait, fin 2019, 220 000 abonnés purs numériques, en hausse de + 29 % par rapport à l’année précédente. Nos magazines présentent également des progressions de leur diffusion numérique. Leurs portefeuilles d’abonnés atteignaient en fin d’exercice des niveaux significatifs : avec 55 000 abonnés numériques en juin 2020, Courrier international se classe désormais en tête des hebdomadaires d’actualité, selon ce critère.

Fin 2019, Le Monde diplomatique et Télérama comptaient respectivement 21 000 et 10 000 abonnés purs numériques. Cette évolution a deux effets dans la composition de notre chiffre d’affaires. Les recettes provenant de nos lecteurs constituent désormais l’essentiel de ce chiffre : 69 % du total en 2019. La part du numérique ne cesse de se renforcer : elle aura constitué 27 % des recettes du Monde, contre 15 % en 2014.

L’activité publicitaire du groupe a été notamment portée en 2019 par les achats automatisés (programmatique) qui correspondent désormais à 45 % de la publicité numérique, en progression de 20 % sur l’année précédente. En tout, 1 606 annonceurs se sont tournés vers l’un de nos titres au cours de cette année, dont 60 % étaient déjà présents en 2018. Cet essor, et le développement de notre activité événementielle, a permis de limiter le recul de nos revenus publicitaires.

  • La diffusion du « Monde »

Portées par ces projets et cette dynamique, les diffusions certifiées OJD 2019 du quotidien et de « M Le magazine du Monde » ont progressé en 2019 de respectivement + 12,2 % et + 13,6 %. Cette forte hausse provient essentiellement des ventes numériques (+ 46 744 abonnés, + 34 %), compensant largement la baisse prononcée des ventes du journal papier au numéro. Les abonnements au quotidien papier ont connu un déclin très modéré. La diffusion payante du quotidien ressort en 2019 à 323 565 exemplaires et celle de « M » à 316 870 exemplaires. Ces succès ont été salués par notre profession, qui a décerné au Monde et à « M Le magazine du Monde », ainsi qu’à notre application numérique, cinq « étoiles de l’OJD », qui récompensent la progression de nos diffusions à la fois en 2019 et sur les cinq dernières années.

2019 EN CROISSANCE ET UN DÉBUT 2020 MARQUÉ PAR LA CRISE DU COVID-19

Le pôle magazine du Groupe Le Monde, composé de Courrier international, La Vie, Télérama et Le Monde diplomatique, a démontré encore sa solidité, en atteignant, pour la quatrième année d’affilée, un résultat opérationnel supérieur à + 10 millions d’euros en 2019. L’année aura aussi été marquée par la poursuite de la transition numérique de Courrier international et le lancement d’une stratégie tout aussi ambitieuse pour Télérama, qui a commencé par la mise à disposition d’une nouvelle application. La solidité du modèle économique de nos magazines demeure un pilier particulièrement robuste pour notre groupe, construit pour consolider et défendre l’identité et la liberté éditoriale de chacun de ses titres.

  • Un actionnariat stabilisé

L’année 2019 aura également été marquée par une nouvelle avancée des protections de la liberté éditoriale de nos rédactions, grâce à un nouvel accord entre le Pôle d’indépendance (qui rassemble les sociétés de journalistes, de personnels, de lecteurs et de fondateurs), Xavier Niel et Matthieu Pigasse, les principaux actionnaires du groupe. La signature de ce texte s’est traduite par la reconnaissance d’un droit d’agrément conféré au pôle et préalable à toute montée au capital de la holding de contrôle Le Monde libre (LML), dans laquelle sont associés Xavier Niel, Matthieu Pigasse, Madison Cox et le groupe Prisa. Cet accord, trouvé après plusieurs mois d’intenses discussions, a été signé le 23 septembre 2019. A la suite de cette avancée, et à l’initiative des actionnaires du Monde, le directoire, en concertation avec le Pôle d’indépendance, a commencé à travailler sur la constitution d’un fonds de dotation afin d’adapter notre structure juridique avec un unique objectif : que Le Monde soit reconnu comme un bien commun dont personne ne puisse revendiquer la propriété exclusive.

Lire aussi Indépendance du Monde : la protection d’un bien commun
  • Un nouveau siège pour le groupe

Les premiers mois de 2020 ont vu l’ensemble des postes de travail des équipes de chaque titre être déménagé dans le nouveau siège social du Groupe Le Monde, construit au 67, avenue Pierre-Mendès-France, à Paris. Ce chantier, lancé en 2016, a représenté un investissement total de 203 millions d’euros. Il aboutit à la création d’un actif important pour consolider l’indépendance des rédactions, comme l’ont souhaité ses actionnaires. Depuis la mi-février, avant et après le confinement, les 1 600 collaborateurs du groupe ont progressivement pris possession de cet immeuble, qui s’étale sur plus de 23 000 m2 et dont l’architecture a été dessinée par le cabinet norvégien Snohetta. Dans les mois qui viennent, et dès que les règles de distanciation le permettront, nous serons heureux d’inviter nos lecteurs à découvrir ce siège et à rencontrer nos rédactions. Le déménagement au centre de Paris, en bord de Seine, dans un immeuble neuf, construit pour nous et dont le groupe est propriétaire, est une chance rare en ce début d’année, où chacun a cherché des éléments de réassurance face à un contexte inquiétant.

 

  • Le premier semestre 2020 et la crise sanitaire

Si les résultats de 2019 étaient rassurants et confirmaient le redressement de nos comptes, la crise du Covid-19 a durement secoué cette dynamique, en effaçant temporairement une partie de nos recettes. En dépit de ces difficultés inédites, et dans un contexte de télétravail étendu à l’ensemble des personnels à partir du 13 mars, les équipes du groupe se sont remarquablement mobilisées pour que chacun de nos supports, papier et numérique, soit à la hauteur de vos exigences et justifie votre confiance. Ce fut le cas, comme le démontrent nos chiffres de ventes et notre audience numérique, et nous adressons notre reconnaissance aux nombreux lecteurs qui se sont tournés vers nous dans cette période où l’épidémie a eu un impact direct sur nos vies quotidiennes.

Dès le début de la crise sanitaire, comme partout, la publicité s’est arrêtée et nos équipes de M Publicité ont dû faire face à une baisse de 50 % des recettes publicitaires. Au même moment, la fermeture des gares et des aéroports a compliqué notre diffusion papier. Au total, le groupe aura enregistré, du fait de cette crise, un recul de son chiffre d’affaires de 18 millions d’euros.

Accélérées par la crise sanitaire, les difficultés de la messagerie Presstalis sont devenues insurmontables durant cette période, et elles ont conduit au dépôt de bilan de la société, ce qui représentera un coût de 14 millions d’euros pour le groupe. Faute de modèle économique, faute du concours de certains grands groupes magazines, et en dépit d’un soutien actif des pouvoirs publics et du tribunal de commerce, Presstalis, la principale messagerie de presse responsable de la diffusion de la presse quotidienne et magazine, a déposé son bilan, le 15 mai 2020. Cela a mis en péril beaucoup d’éditeurs, qui ont abandonné collectivement 118 millions d’euros de recettes, mais également fragilisé notre réseau de 23 000 diffuseurs et conduit à plusieurs centaines de suppressions de postes. A l’issue du confinement, après ce dépôt de bilan et plusieurs blocages de la distribution, ce sont plus de 700 points de vente qui ont fermé en quelques semaines.

Avec l’objectif de sauvegarder un maximum d’emplois ainsi que le réseau de diffuseurs, la Coopérative de distribution des quotidiens, qui regroupe l’ensemble des éditeurs de presse quotidienne nationale, a pris ses responsabilités et a déposé une offre de reprise, retenue le 1er juillet par le tribunal de commerce de Paris. A la suite de ce jugement, une nouvelle messagerie, France Messagerie, a vu le jour. Elle a pour vocation de distribuer l’ensemble de la presse quotidienne nationale, mais aussi les éditeurs de magazines, dont plusieurs (Bayard, Le Canard enchaîné, Lagardère News) ont d’ores et déjà apporté leur soutien. Nous veillerons à ce que toutes les conditions soient réunies pour que France Messagerie offre aux éditeurs et aux diffuseurs une parfaite transparence et un service de qualité.

Au cours des dernières semaines, comme nombre d’entreprises, le Groupe Le Monde a longuement négocié avec l’ensemble de ses interlocuteurs bancaires afin d’assurer son refinancement. Signé le 19 juin, ce plan s’étalera jusqu’à la fin septembre et s’articulera autour d’un prêt garanti par l’Etat (PGE) de 17 millions d’euros, d’un autre prêt bancaire de 5 millions d’euros et d’un apport des actionnaires pour un montant de 5 millions d’euros. Ces nouveaux financements, associés à la renégociation de notre crédit-bail immobilier, nous donnent les moyens nécessaires pour relancer notre exploitation et traverser le trou d’air de ce premier semestre.

  • Un nombre de lecteurs en forte croissance

Après la croissance de 2019, ce début 2020 n’a pas apporté que des turbulences à notre groupe. Inquiets d’une crise qui déborde largement du domaine sanitaire, les lecteurs se sont tournés massivement vers nos publications. Pour Le Monde, ce besoin d’une information de grande qualité, fiable et mise en perspective, s’est traduit par une fréquentation sans précédent de notre site et de nos applications d’actualité : mars, avril et mai sont devenus, de très loin, les trois premiers mois de notre histoire numérique par leur nombre de visites.

Nos lecteurs nous ont également apporté leur soutien en s’abonnant à nos offres numériques dans des proportions inédites. Jamais, au cours de ses soixante-quinze ans d’existence, Le Monde n’avait compté autant d’abonnés : nettement plus de 400 000 en cumulant papier et numérique, plus de 300 000 désormais – seuil franchi en mai – sur le seul numérique. En mai, cet essor a porté notre diffusion payée en France (DFP) à un sommet qui n’avait été atteint qu’une seule fois dans le passé, pour le premier tour de la présidentielle d’avril 2002 : à plus de 390 000 exemplaires par jour. Ce succès a été renforcé par la mise en place d’opérations éditoriales de grande envergure, comme, par exemple, le travail effectué durant une année par notre cellule d’enquête sur les féminicides, qui a débouché à la fois sur de nombreux articles et sur un documentaire de 95 minutes diffusé sur France 2.

Dans les mois qui viennent, de nombreux autres projets prendront forme pour raffermir ce lien et mériter, encore davantage, une fidélité et une confiance dont nous vous sommes profondément reconnaissants.

2019 EN CROISSANCE ET UN DÉBUT 2020 MARQUÉ PAR LA CRISE DU COVID-19

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 502 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire