Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
10 CHIFFRES QUI ILLUSTRENT L’AMPLEUR DES DÉGÂTS
25/06/2020 à 16h41 par La redaction

Ce matin, Wirecard a été contraint de déposer le bilan. La société allemande a reconnu avoir découvert un « trou » de 1,9 milliard d’euros dans ses comptes. Markus Braun, le PDG de la société, est soupçonné d’avoir gonflé le bilan de cette dernière en réalisant de fausses transactions avec des tiers pour la rendre plus attrayante aux yeux de ses investisseurs.C’est son auditeur historique, EY, qui a révélé jeudi dernier la fraude. Depuis, le management a été remplacé, le PDG a été arrêté mais rien n’y fait : Wirecard n’est plus. Ci-dessous, nous avons listé dans l’ordre décroissant 10 chiffres qui illustrent l’ampleur du scandale.

24 milliards

24 milliards d’euros, c’est la valorisation maximale enregistrée par Wirecard en août 2018. A cette époque, les actions s’échangeaient sur la bourse de Francfort aux alentours des 191 euros. Ce matin, la valeur des titres a chuté sous les 3 euros.

La première fois que l’action franchissait les 3 euros, c’était en août 2005 – alors que Wirecard venait tout juste de s’introduire en bourse.

Wirecard Bourse

Évolution du cours boursier de Wirecard © Google

3,5 milliards

Avec cet échec, Wirecard laisse 3,5 milliards d’euros de dette à ses créanciers. La société a essayé de renégocier 1,75 milliard d’euros de cette dette auprès de 15 banques ces derniers jours, en vain.

Les investisseurs obligataires devraient perdre de l’ordre de 500 millions d’euros avec ce scandale. Lucide, un créancier sait qu’il « pourra peut-être récupérer quelques euros dans quelques années, mais on passe la perte dans nos comptes dès maintenant ».

2,6 milliards

Les gagnants du scandale sont les hedge funds qui ont vendu le titre à découvert. Jeudi dernier, quand le titre a chuté de 104,5 euros à 39,9 euros, les short sellers auraient ainsi généré un profit de 2,6 milliards de dollars.

Wirecard était depuis longtemps la cible de vendeurs à découvert. En 2019, le régulateur allemand avait d’ailleurs imposé une interdiction de vendre le titre à découvert pendant deux mois, suite à une perquisition du bureau singapourien de Wirecard.

1,9 milliard

Le 18 juin, c’est l’auditeur historique de la société, EY, qui refuser de certifier les comptes. Il affirme avoir découvert un « trou » de 1,9 milliard d’euros dans les comptes. KPMG avait précédemment été utilisé comme auditeur indépendant pour détecter toute anomalie dans son bilan. Ce dernier n’avait cependant pas identifié la fraude.

5 800

5 800, c’est le nombre d’employés Wirecard à travers le monde. Leur sort n’est pour le moment pas connu. La société possède des bureaux dans 26 pays, et elle recense 313 000 clients. Parmi eux, on recense la banque mobile française Orange Bank. Elle faisait appel à leur technologie pour assurer la compatibilité avec Apple Pay et Google Pay.

2016

En 2016, les premiers soupçons de fraude émergent. Sur les années qui suivent, le régulateur allemand (BaFin) protège coûte que coûte sa pépite. Il affirmait que Wirecard était victime d’une « attaque de short » qui représente « un risque pour l’intégrité des marchés financiers allemands ». Pire, il soupçonne le Financial Times – à l’origine des accusations – de collusion avec les fonds spéculatifs.

Sycomore, un acteur français spécialisé dans l’investissement responsable a décidé de retirer le titre de tous ses fonds en 2016. A nos confrères des Echos, la gérante Bertille Knuckey explique avoir « fortement dégradé la valeur sur les critères de gouvernance, de communication financière et de risques comptables ».

30

En septembre 2018, Wirecard faisait une entrée fracassante dans l’indice boursier qui regroupe les 30 plus grandes valeurs allemandes (DAX 30). Cette arrivée était tout un symbole puisque la fintech y est rentrée au détriment d’une banque traditionnelle, Commerzbank.

2,5 euros

C’est le cours de l’action le plus bas observé sur cette journée de jeudi.

7,05%

Le PDG de Wirecard, Markus Braun, détient encore 7,05% des titres de la société. Virtuellement milliardaire en 2018 lorsque l’action était à son plus haut niveau, son portefeuille ne pèserait désormais plus que 30 millions d’euros. Mardi dernier, il a du verser 5 millions d’euros pour sa libération sous caution.

-97%

Depuis que l’auditeur EY a officialisé ce trou, 97% de la capitalisation boursière de Wirecard est partie en fumée. Mercredi dernier, les actions ont clôturé à 104,5 euros. Ce matin, après une nouvelle chute de 70%, les titres s’échangeaient entre 2,50 et 3 euros.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 668 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz TV

U outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Plus de news

Le fils de Baye Niasse, Cheikh Bassirou répond sévèrement à Macron

28/10/2020

Le fils...

Le président de la France, Emmanuel Macron,...
Le site d'information Doingbuzz débarque finalement au Sénégal.

28/10/2020

Le site...

Le site d'information Doingbuzz débarque finalement au...
Violences en Côte d’Ivoire : Fatou Bensouda met en garde

28/10/2020

Violences en...

  Le nom de Fatou Bensouda est...
PSG : Thomas Tuchel sur la blessure de Neymar

28/10/2020

PSG :...

La star du PSG, Neymar, a senti...
Émigration clandestine : Mame Goor s’en prend encore à Sonko... Regardez !

28/10/2020

Émigration clandestine...

Lors d’une visité guidée au quai de...
Togo/Pétrolegate : Nouvelles révélations très accablantes

28/10/2020

Togo/Pétrolegate :...

Le Pétrolegate, l’affaire de détournement de fonds...
Alassane Ouattara : "Il est temps que Laurent Gbagbo revienne en Côte d'Ivoire"

28/10/2020

Alassane Ouattara...

Le président ivoirien Alassane Ouattara a accordé...
Côte d'Ivoire : Un article discriminatoire de France 24 vivement critiqué

28/10/2020

Côte d’Ivoire...

Ce mardi 27 octobre 2020 le media...
Franc CFA : Kako Nubukpo recadre sérieusement Nathalie Goulet

28/10/2020

Franc CFA...

Le franc CFA est la monnaie héritée...
Kim Kardashian affole la toile avec ses nouvelles photos en bikini 

28/10/2020

Kim Kardashian...

A l'occasion de son anniversaire de naissance...
Carmen Sama, la veuve de DJ Arafat parle de son prochain mariage

28/10/2020

Carmen Sama,...

Veuve depuis le 12 août  2019, Carmen...
Burkina Faso : Le père du président Roch Kaboré est mort

28/10/2020

Burkina Faso...

Le Burkina Faso en deuil. Le Président...
Alassane Ouattara sur RFI : « je ne peux pas changer la date du scrutin présidentiel »

28/10/2020

Alassane Ouattara...

  Le président ivoirien Alassane Ouattara a remis les pendules...
Guinée : les observateurs de la CEDEAO n'ont pas partagé de grosses sommes

28/10/2020

Guinée :...

Une information circule depuis quelques jours et...
Avant la Présidentielle du 31 octobre/ Gnamien Konan demande pardon à Alassane Ouattara

28/10/2020

Avant la...

Gnamien Konan, en “ex-humble collaborateur” du président...
Réduction des bureaux de vote : la CEI contredit officiellement Ouattara

28/10/2020

Réduction des...

Le Président de la Commission électorale indépendante...
Guinée: nouvelle bataille pour la levée du siège chez Cellou…

28/10/2020

Guinée: nouvelle...

Deux ministères  viennent d'être assignés en justice...
Côte d'Ivoire : scène de guerre à Abengourou et Kotobi, plusieurs blessés par balle enregistrés

28/10/2020

Côte d’Ivoire...

Crise pré-électorale/ Côte d'Ivoire : scène de...
Présidentielle 2020 / Le secteur privé s’engage au côté du candidat Ouattara

28/10/2020

Présidentielle 2020...

Sous la férule de l’initiative citoyenne du...
UN Togo récompense les lauréats de son concours

27/10/2020

UN Togo...

Ce lundi 26 octobre 2020, le concours...

Ce matin, Wirecard a été contraint de déposer le bilan. La société allemande a reconnu avoir découvert un « trou » de 1,9 milliard d’euros dans ses comptes. Markus Braun, le PDG de la société, est soupçonné d’avoir gonflé le bilan de cette dernière en réalisant de fausses transactions avec des tiers pour la rendre plus attrayante aux yeux de ses investisseurs.C’est son auditeur historique, EY, qui a révélé jeudi dernier la fraude. Depuis, le management a été remplacé, le PDG a été arrêté mais rien n’y fait : Wirecard n’est plus. Ci-dessous, nous avons listé dans l’ordre décroissant 10 chiffres qui illustrent l’ampleur du scandale.

24 milliards

24 milliards d’euros, c’est la valorisation maximale enregistrée par Wirecard en août 2018. A cette époque, les actions s’échangeaient sur la bourse de Francfort aux alentours des 191 euros. Ce matin, la valeur des titres a chuté sous les 3 euros.

La première fois que l’action franchissait les 3 euros, c’était en août 2005 – alors que Wirecard venait tout juste de s’introduire en bourse.

Wirecard Bourse

Évolution du cours boursier de Wirecard © Google

3,5 milliards

Avec cet échec, Wirecard laisse 3,5 milliards d’euros de dette à ses créanciers. La société a essayé de renégocier 1,75 milliard d’euros de cette dette auprès de 15 banques ces derniers jours, en vain.

Les investisseurs obligataires devraient perdre de l’ordre de 500 millions d’euros avec ce scandale. Lucide, un créancier sait qu’il « pourra peut-être récupérer quelques euros dans quelques années, mais on passe la perte dans nos comptes dès maintenant ».

2,6 milliards

Les gagnants du scandale sont les hedge funds qui ont vendu le titre à découvert. Jeudi dernier, quand le titre a chuté de 104,5 euros à 39,9 euros, les short sellers auraient ainsi généré un profit de 2,6 milliards de dollars.

Wirecard était depuis longtemps la cible de vendeurs à découvert. En 2019, le régulateur allemand avait d’ailleurs imposé une interdiction de vendre le titre à découvert pendant deux mois, suite à une perquisition du bureau singapourien de Wirecard.

1,9 milliard

Le 18 juin, c’est l’auditeur historique de la société, EY, qui refuser de certifier les comptes. Il affirme avoir découvert un « trou » de 1,9 milliard d’euros dans les comptes. KPMG avait précédemment été utilisé comme auditeur indépendant pour détecter toute anomalie dans son bilan. Ce dernier n’avait cependant pas identifié la fraude.

5 800

5 800, c’est le nombre d’employés Wirecard à travers le monde. Leur sort n’est pour le moment pas connu. La société possède des bureaux dans 26 pays, et elle recense 313 000 clients. Parmi eux, on recense la banque mobile française Orange Bank. Elle faisait appel à leur technologie pour assurer la compatibilité avec Apple Pay et Google Pay.

2016

En 2016, les premiers soupçons de fraude émergent. Sur les années qui suivent, le régulateur allemand (BaFin) protège coûte que coûte sa pépite. Il affirmait que Wirecard était victime d’une « attaque de short » qui représente « un risque pour l’intégrité des marchés financiers allemands ». Pire, il soupçonne le Financial Times – à l’origine des accusations – de collusion avec les fonds spéculatifs.

Sycomore, un acteur français spécialisé dans l’investissement responsable a décidé de retirer le titre de tous ses fonds en 2016. A nos confrères des Echos, la gérante Bertille Knuckey explique avoir « fortement dégradé la valeur sur les critères de gouvernance, de communication financière et de risques comptables ».

30

En septembre 2018, Wirecard faisait une entrée fracassante dans l’indice boursier qui regroupe les 30 plus grandes valeurs allemandes (DAX 30). Cette arrivée était tout un symbole puisque la fintech y est rentrée au détriment d’une banque traditionnelle, Commerzbank.

2,5 euros

C’est le cours de l’action le plus bas observé sur cette journée de jeudi.

7,05%

Le PDG de Wirecard, Markus Braun, détient encore 7,05% des titres de la société. Virtuellement milliardaire en 2018 lorsque l’action était à son plus haut niveau, son portefeuille ne pèserait désormais plus que 30 millions d’euros. Mardi dernier, il a du verser 5 millions d’euros pour sa libération sous caution.

-97%

Depuis que l’auditeur EY a officialisé ce trou, 97% de la capitalisation boursière de Wirecard est partie en fumée. Mercredi dernier, les actions ont clôturé à 104,5 euros. Ce matin, après une nouvelle chute de 70%, les titres s’échangeaient entre 2,50 et 3 euros.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 668 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire